Apple qui enregistre des ventes records serait-il dépendant des ventes de l’iPhone?

CHINA-US-TELECOMMUNICATION-RETAIL-APPLE

Le géant américain Apple a généré 18 milliards de dollars de profit en un seul trimestre. Une prouesse sans précédent mais qui souligne aussi à quel point la marque à la pomme demeure dépendante des ventes de l’iPhone.

220914-iphone-apple-vente-record-m

Aucune entreprise n’avait fait aussi bien qu’Apple jusqu’à présent. La marque à la pomme a croqué les profits comme personne : elle a annoncé, mardi 27 janvier, avoir généré 18 milliards de dollars de bénéfice au 4e trimestre 2014, les trois premiers mois de son exercice 2015. C’est un record tous secteurs et toutes périodes de l’histoire moderne confondus. Apple a ainsi ravi la couronne au géant russe de l’énergie, Gazprom qui n’avait amassé, au 2e trimestre 2011, « que » 16,4 milliards de dollars de bénéfice net.

L’inventeur de l’iPhone peut remercier son smartphone vedette. Ce sont les ventes record du téléphone, 74,5 millions dans le monde, qui ont tiré les résultats financiers du groupe vers le septième ciel économique. Elles ont largement contribué au chiffre d’affaires de 74,6 milliards de dollars réalisé les trois derniers mois de 2014, soit 30 % de plus qu’à la même période fin 2013. Les seules ventes d’iPhone génèrent davantage d’argent que toute l’activité de General Motors.

L’eldorado chinois

Apple n’a pas précisé quel modèle a eu le plus de succès lors des fêtes de fin d’année. Mais, pour les analystes, les choses sont claires : le PDG du groupe, Tim Cook, a eu raison de lancer un iPhone 6 avec un grand écran. Son succès en Chine démontre que les « applemaniaques » étaient prêts à passer à un smartphone à la taille plus imposante.

Ainsi, le chiffre d’affaires réalisé en Chine s’est élevé à 16 milliards de dollars, soit 70 % de plus qu’il y a un an. La deuxième puissance économique mondiale devrait devenir, dans les mois qui viennent, le premier marché d’Apple, devant les États-Unis, si la croissance des ventes y maintient son rythme de croisière. Les Chinois s’arrachent les nouveaux iPhone car « c’est un produit perçu comme luxueux sur un secteur – les téléphones portables – où il n’y a pas vraiment de concurrence », explique au « Financial Times » CK Lu, analyste spécialiste de la Chine pour le cabinet d’études Gartner. Les autres marques, essentiellement Xiaomi et Samsung, essaient plutôt de séduire avec des smartphones peu chers. « Si vous voulez offrir un cadeau luxueux à votre copine, vous lui offrez un iPhone », renchérit ce connaisseur du marché chinois.

L’Apple Watch en avril

Mais il n’y a pas que l’iPhone dans la besace technologique d’Apple. Le groupe vend aussi des ordinateurs et des tablettes. Côté ordinateurs, les ventes de Mac se portent plutôt bien. La marque à la pomme en a écoulé 5,5 millions, soit un million de plus qu’un an auparavant à la même période. Les choses se compliquent avec les iPad. Les ventes ont chuté de 18 % en un an. La faute à la concurrence des tablettes sur Android (le système d’exploitation de Google), moins onéreuses pour des performances similaires. Les consommateurs ont, en outre, tendance à ne pas se précipiter avec la même voracité sur les nouveaux modèles d’iPad que sur les nouveaux modèles d’iPhone et gardent plus longtemps leur vieille tablette tactile.

Le succès commercial d’Apple, malgré des ventes d’iPad à la traîne, lui permet d’avoir mis de côté 178 milliards de dollars. Le groupe, sur le seul dernier trimestre, a ajouté 23 milliards de dollars à ce trésor de guerre qui lui permettrait, théoriquement, d’acheter le géant historique de l’informatique IBM (qui vaut 158 milliards de dollars en Bourse) sans même avoir besoin d’emprunter d’argent.

Apple doit beaucoup à son iPhone. Mais cela fait sept ans (depuis sa sortie en 2007) que c’est le cas, trimestre après trimestre. Les iPad n’ont pas réussi à devenir la nouvelle vache à lait du groupe qui, pourtant, aurait besoin de diversifier davantage ses sources de revenus. C’est, pour le site spécialisé en technologie TechCrunch, le principal défi de Tim Cook. Le patron du groupe espère que la nouvelle montre connectée – l’Apple Watch – lui permettra d’atteindre cet objectif. Il a annoncé qu’elle serait mise en vente dans le monde entier à partir d’avril 2015. Il s’agira du premier produit made in Apple conçu de A à Z sous la direction de Tim Cook. (source:france24)

Comments are closed.