La France rend hommage à l’Afrique lors de la commémoration du débarquement de Provence

le-president-francois-hollande-lors-des-ceremonies-de-commemoration-du-debarquement-le-15-aout-2014-au-mont-faron_5013797

La commémoration du 70e anniversaire du débarquement de Provence, le 15 août dans le sud de la France, a été une nouvelle fois pour François Hollande l’occasion de s’entretenir avec ses homologues africains.
Plusieurs chefs d’État africains ont répondu présent à son invitation. Parmi eux, Ibrahim Boubacar Keïta, Macky Sall, Alassane Ouattara, Moncef Marzouki, Idriss Déby Itno, Mahamadou Issoufou, Ibrahim Boubacar Keïta, Faure Gnassingbé, Paul Biya et Thomas Boni Yayi. au total 12 chefs d’Etat africains et le prince Albert de Monaco – et les représentants de 15 autres pays.
L’hommage aux combattants des anciennes colonies qui ont contribué à la libération de la France en 1944 se fera à Toulon sur le Charles-de-Gaulle, seul porte-avions de l’armée française.

«En ce 15 août 2014, la France s’honore de recevoir à nouveau en Provence ceux qui l’ont aidée à sortir de plus de 1 800 jours de guerre», se félicite François Hollande dans la présentation des cérémonies diffusée par l’Elysée.

En 1944, 10 semaines après «Overlord» en Normandie, quelque 850 embarcations au total ont débarqué dès le 15 août sur les plages du Var: 450 000 hommes, parmi lesquels 250 000 Français de l’«Armée B», placée sous les ordres du général de Lattre de Tassigny – pour moitié des tirailleurs sénégalais et algériens, des goumiers et tabors marocains, des pieds-noirs, des marsouins du Pacifique et des Antilles.

Puis sur un autre registre et à bord du Charles de Gaulle, François Hollande a appelé à rendre aux Africains ce qu’ils avaient apporté à la France et à l’Europe par leur participation au débarquement de Provence.

«En ce 15 août 2014, la France s’honore de recevoir à nouveau en Provence ceux qui l’ont aidée à sortir de plus de 1 800 jours de guerre», se félicite François Hollande dans la présentation des cérémonies diffusée par l’Elysée.

«Nous devons maintenant, à notre tour, la France, l’Europe, rendre au sud ce qu’il a été capable d’apporter à l’été 1944», a lancé le chef de l’Etat dans un discours prononcé sur le pont d’envol du porte-avions nucléaire.

– Le salut est venu du sud –

«C’est du Sud, oui du sud, que l’Europe doit son salut et elle ne doit jamais l’oublier», a-t-il insisté face à une quinzaine de chefs d’Etat et de gouvernement, africains pour la plupart, et à des dizaines de vétérans de «l’Armée d’Afrique», Algériens, Marocains ou Tunisiens.

«Par leur sacrifice, ces hommes ont noué entre nos pays et l’Afrique un lien de sang que rien ne saurait dénouer», a souligné François Hollande.

En conclusion de son discours commémoratif, François Hollande a proclamé son ambition de maintenir la France à son rang actuel de «cinquième puissance économique du monde» grâce aux réformes engagées depuis 2012. «La France, cinquième puissance économique du monde entend, par les réformes qu’elle engage, rester à ce niveau», a déclaré le chef de l’Etat au lendemain de la publication de chiffres de la croissance (nulle au second trimestre comme au premier) qui ont jeté le doute sur la capacité du pays à sortir de la crise.

 

 

Comments are closed.