Cosumar, le leader marocain du sucre remporte l’appel d’offre et plantera au Cameroun

2702-26937-la-societe-marocaine-cosumar-gagne-le-projet-du-complexe-sucrier-de-batouri-au-cameroun_L

La société marocaine Cosumar, leader du marché du sucre dans le Royaume chérifien, vient d’être retenue par le gouvernement camerounais, pour poursuivre le développement du projet de complexe sucrier dans l’interzone Bertoua-Batouri, dans la région de l’Est du Cameroun.

Pour ce même projet, le Cameroun avait signé, le 13 avril 2012, un protocole d’accord avec la société indo-camerounaise Justin Sugar Mills, avant qu’une conduite insatisfaisante du projet, mais surtout une brouille survenue entre les deux parties, conduise finalement à la résiliation dudit protocole en juillet 2014.

Un nouvel appel à investisseurs avait alors été lancé le 20 novembre 2014, et a débouché sur le choix, le 25 février 2015, de la Marocaine Cosumar, qui a été sélectionnée, apprend-on, parmi trois postulants. Si le nom du 3ème candidat n’a pas été révélé, l’on sait cependant que Cosumar a été préféré au groupe français Somdiaa, qui domine déjà le marché local du sucre à travers la Société sucrière du Cameroun (Sosucam), sa filiale dans le pays.

Investissement d’un montant de 60 milliards de francs Cfa, le complexe sucrier de Batouri qui devrait créer plus de 17 000 emplois, s’articule autour de la construction d’une usine de production d’une capacité de 60 000 tonnes par an, grâce à des plantations de canne à sucre s’étendant sur 32 000 hectares, avait précisé le ministre de l’Industrie dans son appel d’offres de novembre 2014. (source:agenceecofin)

Pour donner du poids au dossier marocain, Mohamed Fikrate, son PDG, a fait le déplacement de Yaoundé en fin janvier pour convaincre les autorités, en compagnie d’un représentant de Wilmar, son actionnaire de référence et leader mondial du secteur.

Principal producteur du pays, Sosucam projette cette année d’injecter entre 150 000 et 160 000 tonnes de sucre sur le marché. Le ministère du Commerce situe la demande nationale entre 180 000 et 200 000 tonnes.

 

Comments are closed.