Côte d’Ivoire: On ne change pas une équipe qui gagne!

B23Y0042

Fraîchement réélu avec plus de 83 % des suffrages exprimés, le président ivoirien, Alassane Ouattara, a décidé de maintenir le gouvernement avec qui il a dirigé le pays durant son premier mandat.

On prend les mêmes et on recommence. Au lendemain de son investiture pour un nouveau mandat de cinq ans, le président ivoirien Alassane Ouattara a présidé, mercredi 4 novembre, son premier Conseil des ministres avec les mêmes membres du gouvernement qui ont accompagné son premier mandat. « J’ai décidé de continuer avec la même équipe. Le gouvernement est maintenu en fonction », a déclaré le chef de l’État réélu avec 83,66 % des suffrages exprimés lors du premier tour de la présidentielle du 25 octobre.

 

Nommé le 21 novembre 2012, le Premier ministre Daniel Kablan Duncan, 72 ans, reste ainsi chef d’un gouvernement de 28 ministres. Une reconduction qu’Alassane Ouattara a expliquée par son bon score enregistré lors de la présidentielle mais aussi par sa volonté de maintenir le cap de sa politique.

« Les attentes sont nombreuses »

« Je voudrais vous féliciter ainsi que le gouvernement pour l’important travail accompli en si peu de temps. Ce plébiscite [score présidentiel] est la reconnaissance de ce travail […] les Ivoiriens ont adhéré à notre vision » a-t-il déclaré lors du Conseil. Le président a également appelé de ses vœux la construction d’une « Côte d’Ivoire nouvelle », promettant de renforcer le processus de réconciliation, de mieux redistribuer les richesses et de rédiger une nouvelle constitution qui supprimerait, notamment, la notion d’ivoirité.

 

Selon lui, « les attentes sont nombreuses et nous devons en tenir compte […] je veux des résultats concrets dans l’emploi des jeunes […] et le renforcement des principes de bonne gouvernance. » Durant la campagne, Alassane Ouattara s’est notamment engagé à endiguer le fléau de la corruption, qui « est devenue la norme, n’épargnant aucun secteur d’activité », selon un récent rapport de la Haute Autorité pour la bonne gouvernance (HABG), créée en 2013. (france 24)

Comments are closed.