D’après la contre autopsie, aucunes traces de violence susceptible d’expliquer le décès » d’Adama Traoré

FRANCE-POLICE-INVESTIGATION-UNREST

Le procureur de la République de Pontoise avait autorisé qu’une nouvelle autopsie soit pratiquée sur le corps d’Adama Traoré, décédé le 19 juillet après son interpellation dans le Val-d’Oise. Elle n’a mis en évidence « aucune trace de violences ».

La bavure policière est de nouveau écartée par les experts, dans la mort d’Adama Traoré. Ce jeudi, la contre-expertise de son autopsie n’a mis en évidence « aucune trace de violences », a affirmé le procureur. « La nouvelle expertise ne fait état d’aucune trace de violences susceptible d’expliquer le décès » d’Adama Traoré, a précisé Yves Jannier.

Selon le procureur, « l’explication de la cause du décès ne pourra être apportée qu’avec l’ensemble des analyses (bactériologie, toxicologie, anatomopathologie) », dont les résultats sont attendus « dans le courant du mois d’août ». « Lorsque les secours sont intervenus, la température du jeune homme était très élevée, et c’était un jour de canicule », a rappelé le magistrat.

 Une infection grave constatée

La première autopsie avait démontré que le jeune homme, décédé lors de son interpellation par la gendarmerie à Beaumont-sur-Oise le 19 juillet, souffrait d’une infection grave des poumons et du foie, mais n’avait pas conclu qu’elle était la cause du décès de l’homme de 24 ans. Elle soulignait déjà « l’absence de violences de nature à entraîner le décès ».

Cette contre-expertise autorisée mardi dernier, avait été demandée par la famille d’Adama Traoré, qui estimait que l’homme aurait pu être victime d’une « bavure policière ». L’annonce de son décès avait donné lieu à plusieurs jours de violences et d’interpellations dans certaines communes du Val-d’Oise. Deux enquêtes sont menées parallèlement par la section de recherches et l’inspection générale de la gendarmerie. (l’obs)

Comments are closed.