Décès de Papa Wemba aka le roi de la rumba congolaise

XVM095cdf46-0a14-11e6-a8ad-7a3624729c80

Le chanteur congolais est décédé dimanche 24 avril à Abidjan, en plein concert, alors qu’il se produisait sur la scène du festival Femua. Il avait 66 ans et laisse derrière lui une carrière bien remplie qui lui a permis d’influencer bon nombre de musiciens africains.

La musique a continué quelques instants avant que les spectateurs ne se rendent compte du drame qui venait de se produire sous leurs yeux. Papa Wemba, surnommé le «roi de la rumba congolaise», s’est écroulé dimanche 24 avril en plein concert, alors qu’il se produisait au Femua, le festival des musiques urbaines d’Anoumabo, à Abidjan.

Âgé de 66 ans, Jules Shungu Wembadio Pene Kikumba, dit Papa Wemba, était l’invité de ce festival organisé par le grouve ivoirien Magic System. Monté sur scène à 5h10, il devait assurer la clôture de la manifestation. «Alors qu’il chantait la troisième chanson, il s’est écroulé», a rapporté Henri Noel Mbuta Vokia, son attaché de presse à la radio locale Okapi. Il raconte encore: «J’ai vu les danseuses entourer Papa Wemba. J’ai cru que c’était un scénario du concert. Mais ensuite j’ai vu surgir sur le podium les gens de la Croix-Rouge ivoirienne. Tout d’un coup, on a coupé le signal de la télévision». Le spectacle était en effet retransmis en direct sur la télévision ivoirienne.

Admis rapidement en soins intensifs dans un hôpital, Papa Wemba n’a pu se remettre de ce malaise. En fin de matinée ce dimanche, A’Salfo, leader du groupe ivoirien Magic System, et le ministre ivoirien de la Culture, ont donné une conférence de presse pour confirmer sa mort.

Né le 14 juin 1949 à Lubefu, alors au Congo belge, Papa Wemba a commencé la musique vers l’âge de 20 ans. En 1977, il a fondé le label Viva la Musica, qui a formé de nombreuses stars de la musique congolaise et africaine, telles que Koffi Olomidé et King Kester Emeneya. Souvent surnommé le «père» ou le «roi» de la rumba congolaise, il n’est pourtant pas le créateur du genre musical, né dans les années 1950.

Papa Wemba a néanmoins largement contribué à faire reconnaître cette musique à l’international, après avoir signé au début des années 1990 sur le label de Peter Gabriel, Realworld. Il a notamment dépoussiéré le genre en y ajoutant des instruments électroniques et grâce à ses tubes Maria Valencia ou Yolele, il est devenu l’un des emblèmes de la «world music».

Papa Wemba est également à l’origine du mouvement de la SAPE, la société des ambianceurs et des personnes élégantes, mouvement à la fois dandy et exubérant qui s’est répandu dans le monde entier grâce à la diaspora congolaise.

Le musicien avait aussi fait quelques apparitions au cinéma. Il a joué dans La vie est belle (1987) de Ngangura Dieudonné Mweze et Benoît Lamy, film dans lequel il interprétait le rôle de Kourou, un jeune paysan qui débarque en ville pour faire de la musique et se retrouve à embrasser toutes sortes de professions.

Reconnu comme l’une des plus grandes figures de la musique congolaise, Papa Wemba a découvert et influencé des générations entières de musiciens africains, qui lui rendent hommage aujourd’hui. Il avait notamment collaboré avec le rappeur français Passi, d’origine congolaise, pour l’album Africa de son collectif Bisso Na Bisso, en 2009. (le figaro)

 

Comments are closed.