Festival de Sundance: Nate Parker son film « Birth of a Nation » rapporte 17,5 millions de dollars

506945080-director-actor-producer-nate-parker-attends-the-the.jpg.CROP.rtstory-large

Alors que la polémique sur la diversité ethnique concernant les nominations continue, le long métrage présenté au festival de Sundance se dirige peut-être vers les Oscars 2017.

Le festival de Sundance, dont le président est Robert Redford, peut être fier. Une des oeuvres présentées à la fameuse manifestation de cinéma indépendant fait un buzz monstre : The Birth of a Nation. La projection s’est terminée par une standing ovation et le long métrage de Nate Parker vient de trouver son distributeur : Fox Searchlight, avec lequel il vient de signer un accord record à Sundance de 17,5 millions de dollars, indique The Hollywood Reporter. Cette société était en concurrence avec les frères Weinstein ou encore Netflix. Sentant l’importance du film, elle n’a pas voulu lâcher le morceau – quitte à faire augmenter le prix.

 Porté à bout de bras durant sept ans par Nate Parker (scénariste, réalisateur et acteur principal du film), Birth of a Nation suit le parcours véridique d’un Américain, Nat Turner, né esclave, qui mène une des plus importantes rebellions des Etats-Unis. Armie Hammer, Aja Naomi King, Jackie Earle Haley et Gabrielle Union font également partie de la distribution. On notera la référence du titre du film, qui fait écho à Naissance d’une nation - réalisation datant de 1915 de David Wark Griffith au discours raciste et faisant l’apologie du Ku Klux Klan.

SUR LES PAS DE « TWELVE YEARS A SLAVE »

Durant la session de questions-réponses avec la presse, l’artiste a expliqué sa démarche : « J’ai fait ce film pour une raison, avec l’espoir de faire changer les mentalités dans la création : que les gens regardent ce film et soient touchés. Qu’on puisse voir ce film et voir qu’il y a des systèmes corrompus dont l’héritage continue de vivre. Je veux simplement qu’on soit touché et que l’on se pose des questions : y a-t-il des phénomènes auxquels je dois prêter attention, qu’ils portent sur les genres ou bien sur les races ? Il y a tant d’injustices. »

Comme Twelve Years a Slave, qui abordait lui aussi frontalement la question de l’esclavage en Amérique il y a deux ans, The Birth of a Nation a tout pour faire davantage parler de lui, voire jusqu’aux Oscars 2017, avec son sujet brûlant et sa mise en scène épique. Son explosion médiatique arrive également à point nommé, à l’heure où les Oscars et toute l’industrie hollywoodienne sont critiqués pour leur cruel manque de diversité.

Comments are closed.