Fusillade à Charli Hebdo au moins 12 morts et 4 blessés graves dont Cabu, Charb, Tignous et Wolinski

Une fusillade a éclaté ce mercredi matin à Paris, dans le XIème arrondissement au siège du journal satirique Charlie Hebdo. Selon les dernières informations, elle a fait 12 morts, dont deux policiers et quatre blessés graves. Deux ou trois hommes armés sont toujours recherchés. Ils ont pris la fuite en voiture et auraient crié des revendications islamistes.

Que s’est-il passé ?

Selon François Hollande, c’est un « attentat terroriste ».

D’après des témoignages, ainsi que par nos reporters sur place, deux ou trois hommes – le chiffre reste encore à confirmer – se sont introduit ce mercredi matin au siège du journal Charlie Hebdo, situé au 10 rue Nicolas Appert, dans le XIème arrondissement de Paris. Il s’agit du siège et non pas de la rédaction, qui se trouve dans le XXème arrondissement de la capitale.

Ils auraient tout d’abord pris un otage, avant d’ouvrir le feu. La fusillade aurait été très brève, tout au plus quelques minutes, mais très intense. Les agresseurs ont ensuite pris la fuite en voiture. Puis Ils ont braqué un autre véhicule, porte de Pantin, dans le nord est de Paris où ils ont renversé un piéton.

Ce que l’on sait des agresseurs

A l’heure actuelle, ils sont toujours en fuite. Un dispositif policier a été mis en place pour mener une véritable chasse à l’homme et le plan Vigipirate a été activé à son niveau maximum, l’alerte attentat. Selon des témoignages, ces deux ou trois hommes étaient lourdement armés, avec une kalachnikov et un fusil à pompe et peut-être un lance-roquettes. Ils étaient cagoulés, parlaient un mauvais français. Ils connaissaient des noms de journalistes de Charlie Hebdo, qu’ils ont crié durant la fusillade. Ils auraient également lancé des imprécations islamistes, ce qui s’entend sur une vidéo filmée par un journaliste témoin de la scène.

 Combien de victimes ?

Le bilan a été tout d’abord imprécis et il évolue en s’alourdissant au fil des heures. Mais il est à présent certain qu’il s’agit de l’attentat le plus meurtrier de ces 50 dernières années en France, depuis l’attentat du train de Strasbourg commis par l’OAS, qui a fait 28 morts pendant la guerre d’Algérie. L’attaque a donc fait 12 morts et trois ou quatre blessés graves, entre le vie et la mort. L Le préfet de police de Paris évoque une vingtaine de blessés plus légers.

L’Elysée a annoncé le décès des dessinateurs Charb, Cabu, Tignous et Wolinski.

Deux policiers se trouvent parmis les tués. Il faut noter que Charlie Hebdo était sous protection policière depuis l’affaire dite des caricatures, en 2006. Des policiers étaient donc constament en faction devant le journal.

Comments are closed.