La beauté

beaute

Sans la beauté le monde serait une erreur.
Nietzsche disait cela à propos de la musique mais je crois qu’on peut, sans le trahir, étendre sa formule à la beauté qui est l’origine et la finalité de tous les arts.

La beauté est mouvement. Vêtements, coiffures, maquillages, bijoux n’assurent pas la beauté, mais ce sont autant de mouvements vers elle. Et ce mouvement, en lui-même, est déjà troublant. Trop troublant pour être toujours bien supporté socialement. Car la beauté met en jeu la puissance sans limite de la séduction. D’où des interdits multiples, dont le voile n’est qu’un exemple extrême.

La beauté interdite ? En tout cas, soupçonnée, mise à l’écart par l’esprit de sérieux. Elle est souvent disqualifiée, jugée frivole, futile, jamais utile. Mais ne servir à rien, c’est précisément ce qui fait la beauté de la beauté. Elle est un idéal, jamais atteint, mais elle reste la finalité secrète de tous nos actes, de tous nos désirs. L’amour, le bonheur, la morale sont des valeurs bien établies mais la beauté c’est plus qu’une valeur, c’est ce qui irradie toutes les valeurs, les dépasse, les transcende. Plus encore : elle nous fascine encore dans ses alliances avec le Mal. Balzac fait dire à la cousine Bette, à propos de sa rivale qui incarne la beauté du diable :« Elle est belle, c’est vrai, mais moi je suis pire ».

Mais au fond être beau, c’est quoi ? C’est établir des rapports justes, adéquats, avec ce qui nous entoure. Un objet, un être, un acte est beau lorsqu’il s’insère exactement, au bon moment, dans le monde réel ou imaginaire. Pour définir la beauté en architecture, Paul Valéry écrivait que les monuments les plus beaux sont « ceux qui dansent ». Car la beauté se révèle avec le plus d’évidence dans le mouvement de la danse, ou d’une démarche, d’un geste, d’un regard.

Oui, vraiment, sans le désir de beauté qui s’enfouit au cœur de tous les hommes, la vie ne serait guère supportable. Au delà de toutes les misères, au delà du bien et du mal, c’est bien la beauté qui fait « danser le monde ».

 

Juliette Cerles

Écrivain

Be first to comment