Frédérick Douglass, un abolitionniste au parcours exemplaire

fred

f.d

Frederick Douglass

1817-1895

Patriote Noir, Abolitionniste

La différence de la plupart d’entre nous avec Frederick Douglass est qu’il est né dans la partie rurale de Tuckahoe, un jour de février 1818, n’a pas eu une enfance heureuse. La mère de Douglass était une esclave et on pense que son père était le propriétaire de sa mère.Après quelques semaines casepassées avec sa mère dans la cabane ci-contre, Frederick fut envoyé vivre avec sa grand-mère qu’il appelait affectueusement Grand-mère Bailey. La Grand-mère Bailey élevait les enfants jusqu’à ce qu’ils soient assez grands pour travailler dans la plantation de Captain Aaron Anthony. A l’âge de six ans Frederick a été considéré assez vieux pour commencer à travailler dans la plantation. Il n’était pas assez fort pour porter une houe ou pour faire la cueillette, aussi le « Old Master » comme l’appelait les esclaves, lui faisait balayer les caillebotis, nettoyer la basse-cour, rentrer les vaches à l’étable, et garder les poulets en dehors du potager.

Peu après, Frederick fut loué à Baltimore, pour travailler pour les Auld. Les Auld l’ont bien traité. Ils lui donnèrent de la nourriture, des vêtements, et un bon lit pour dormir. Madame Auld a même appris à Frederick à lire. Monsieur Auld n’était pas aussi gentil que sa femme. Il pensait que si un esclave apprenait à lire, « Il pourrait prendre des idées dans les livres. Il commencerait à penser. Il prendrait conscience de sa vie malheureuse en tant qu’esclave. Il pourrait penser à s’échapper pour être libre! » Après avoir entendu ce que son maître disait, Frederick se jura d’apprendre autant qu’il pourrait. Il perfectionna sa lecture en lisant des papiers usagés, les panneaux signalétiques dans les rues, les affiches et les leçons occasionnelles avec les garçons du voisinage. A l’âge de 12 ans, il parvint à économiser 50 cents gagnée en cirant des chaussures pour acheter son premier livre, « The Columbian Orator ». Une histoire qui l’inspirera pour toujours. C’est l’histoire d’un esclave qui discutait si bien avec son maître sur les difficultés de l’esclavage qu’il recouvra la liberté.

frederick

Quand Frederick Douglass eut 16 ans, son maître mourut. Douglass fut laissé au frère de Hugh Auld, Thomas Auld. Douglass a alors été emmené de Baltimore à St Michael. Pour la première fois, Frederick Douglass fut fouetté, privé de nourriture et forcé d’exécuter des travaux des champs. Non habitué à ce type de traitement, il s’est débattu. Il a été envoyé chez le célèbre dresseur d’esclaves, Edward Covey. Covet essaya de faire travailler Douglass jusqu’à la mort. Sous la pluie ou le soleil, sous la neige, ou la chaleur ou la grêle, Douglass devait travailler. Covey l’a tellement battu qu’il saignait et que son dos était marqué. Douglass ne le supporta pas plus longtemps. Quand Covey essaya de le battre, Douglass lui donna un coup de poing. Une bagarre s’ensuivit. Douglass qui était grand prit l’avantage. Il battit son maître et le contremaître et les autres esclaves l’encouragèrent. Covey ne le toucha plus jamais. Frederick Douglass projeta d’organiser une révolte des esclaves mais il échoua. A cause de cela il fut renvoyé à Baltimore.

A Baltimore Douglass obtint un travail sur un chantier naval. Il rencontra quelques Afro-Américains libres qui lui demandèrent de rejoindre un club appelé « East Baltimore Mutual Improvement Society ». Là il rencontra sa première femme, Anna Muray. Pour échapper à l’esclavage, Frederick s’échappa à New-York où Anna pouvait le rejoindre. Puisqu’il était illégal de fuir l’esclavage, il adopta le nom de « Douglass » qui était celui d’un ami abolitionniste. Au nord, il commença à faire des discours et devint par la suite un conférencier de la « Massachusetts Anti-Slavery Society ». En 1845 il publie « Narrative of the Life of Frederick Douglass » la plus importante contribution de sa vie contre l’esclavage et pour le triomphe contre l’oppression. Ce livre marqua le début de la carrière de Douglass comme écrivain passionné, journaliste, et orateur pour la cause abolitionniste, il révéla les terreurs auquel il fut confronté comme esclave, les brutalités de ses propriétaires et des contremaîtres, et son évasion poignante au Nord. Douglass devint ainsi le plus célèbre esclave en fuite du pays. Il n’avait pas un endroit pour se cacher. Ainsi, il se rendit en Angleterre où il fit des discours contre l’esclavage. Les abolitionnistes trouvèrent l’argent nécessaire pour acheter sa liberté.

Douglass revint en Amérique en tant qu’homme libre et s’installa à Rochester où il commença la publication de son journal abolitionniste, « The North Star ». Pendant cette période sa maison de Rochester devint un arrêt du « Underground Railroad ». Il devint ami avec des personnes telles que William Lloyd Garrison, Harriet Tubman et le Président Abraham Lincoln. Douglass encouragea Lincoln à libérer les esclaves, comme il avait été libéré lui-même. Douglass soutint de nombreuses positions du gouvernement après la Guerre Civile et sa maison, Cedar Hill, à Anacostia, Washington DC est maintenant un monument entretenu par le National Park Service. En 1877, Douglass fut Federal Marshall pour le District of Columbia et enregistreur des contrats en 1881. Après qu’Abraham Lincoln fit publier la « Proclamation de l’Émancipation », Douglass se consacra à organiser les unités militaires Afro-Américains pour combattre pour l’UNION. Par ses contributions significatives pour son pays, Frederick Douglass fut plus tard récompensé par des postes diplomatiques en Haïti et en République Dominicaine.

Connu comme le « père du mouvement des Droits Civils », pour ses discussions passionnées contre l’esclavage. Frederick Douglass parlait avec une telle clarté et une telle précision que beaucoup ne pouvait pas croire qu’il était un ancien esclave autodidacte. Alors qu’enfant, Douglass soudoya des garçons blancs sur les bancs de Baltimore pour l’apprendre à lire. Sa quête pour le savoir était si forte qu’il a finalement amassé une bibliothèque personnelle de plus de 10 000 volumes.

Fuyant l’esclavage en 1838, Douglass devint un combattant zélé pour les droits humains, y compris les droits de la femme. Frederick Douglass est mort le 20 février 1895 (source: medarus)

 

Comments are closed.