L’agence de notation Fitch a maintenu la note « B » à la Côte d’Ivoire

fitch

L’agence de notation Fitch a maintenu la note « B » attribuée aux émissions souveraines de la Côte d’Ivoire, avec des perspectives favorables. Et cela en dépit d’une croissance économique en 2014 légèrement inférieure aux prévisions des autorités.

L’agence de notation Fitch Ratings a maintenu la note « B » attribuée aux émissions souveraines de longue maturité de la Côte d’Ivoire en monnaie locale et en devises, avec des perspectives positives.

Six mois après l’émission de son premier eurobond sur les marchés internationaux, la Côte d’Ivoire conserve donc une qualité de crédit intacte – selon l’agence britannique -, bien que la note attribuée à Abidjan qualifie des obligations dites « spéculatives » et qu’elle soit en dessous de celles de plusieurs pays de la région tels que le Rwanda, le Congo-Brazzaville et le Kenya notés « B+ », et le Gabon ou le Nigeria (« BB-« ).

Croissance économique forte mais en léger recul

Dans cette nouvelle évaluation, rendue publique le 9 janvier, Fitch relève, parmi les aspects positifs retenus pour cette notation : une forte croissance économique du pays, une stabilité politique et macroéconomique continue, des investissements élevés et les réformes engagées par l’État.

Selon les estimations de l’agence britannique, le PIB de la Côte d’Ivoire a crû de 8,5 % en 2014, soit 50 points de base de moins que les 9 % prévus par Fitch en juillet dernier et bien moins que les 10 % annoncés par les autorités ivoiriennes tout au long de l’année écoulée. Elle est même inférieure à la croissance enregistrée en 2013 (9,2 % selon Fitch).

Cette performance reste toutefois supérieure à celle de la sous-région durant l’année écoulée, estimée entre 4,8 et 5,1 % selon les institutions internationales. Fitch table sur le maintien de ces résultats à moyen terme (8,5 % en 2015, 7,5 % à partir de 2017).

Comptes nationaux

L’agence britannique s’attend à voir le déficit budgétaire de la Côte d’Ivoire s’accroitre à 3,4 % du PIB cette année, contre 2,3 % en 2014, en raison notamment de la hausse des investissements (de 6,2 % du PIB l’an dernier à 7, 4%). L’endettement du pays (43 % du PIB en 2014) devrait en revanche diminuer progressivement, estime Fitch, en raison de la modération du déficit primaire et de la forte croissance économique.

L’agence britannique estime en outre que la chute des cours du pétrole aura un effet modéré sur les finances du pays : positif sur la balance des comptes courants et moyennement négatif sur les recettes budgétaires. Les revenus tirés de la fiscalité directe sur le pétrole et le gaz devrait baisser à 0,6 % du PIB, contre 1,1 % en 2014.

En dépit des perspectives positives dont elle accompagne la notation de la Côte d’Ivoire, Fitch avertit qu’une détérioration de l’environnement politique et sécuritaire, plus particulièrement autour de l’élection présidentielle de 2015, pourrait entraîner une dégradation de la note de crédit du pays. Une aggravation des déficits budgétaires et des comptes courants aurait un effet similaire. (source:JA)

Comments are closed.