Le magazine américain Harper Bazaar se paye l’actrice Jennifer Lawrence en couverture du numéro Mai 2016

L’actrice de 25 ans a déjà une belle carrière derrière elle. Héroïne de la saga Hunger Games, égérie de plusieurs marques de luxe dont Dior, la jeune femme au statut d’actrice « bankable » incontestable est très courtisée. Pas étonnant donc que le magazine Harper’s Bazaar lui consacre sa une dans son numéro de mai. Et comme à chaque fois que Jennifer Lawrence donne une interview, elle n’y va pas par quatre chemins et aborde tout sans tabou. Rafraichissant !

Sujet redondant avec J-Law : le poids. Catégorisée comme actrice « curvy » (on aimerait bien l’être comme elle !), Jen refuse pourtant catégoriquement cette étiquette de porte-parole des filles rondes. « Tout le monde me dit que c’est génial de voir enfin une actrice avec un corps normal. Euh ok mais je ne crois pas avoir un corps normal. Je fais du Pilates touts les jours. Je mange normalement oui mais je fais beaucoup plus d’exercice qu’une personne normale. Je crois qu’on a tellement l’habitude de voir des corps maigres que quand on croise une fille normalement mince, on se dit waouh, un corps avec des formes à Hollywood, c’est fou » explique t-elle dans le magazine.

Sa normalitude, Jen la revendique toutefois, malgré sa fortune et sa notoriété. Célibataire depuis sa séparation avec Nicholas Hoult et les rumeurs autour de son couple avec Chris Martin , la jeune femme avoue qu’elle n’a pas eu de relation depuis u moment, la faute peut-être à l’image qu’elle renvoie. « Je sens que les gens sont parfois intimidés par moi mais je fais en sorte que ça passe. Il n’y a aucune raison d’être intimidé par moi. Vraiment. Mais je le comprends »

Avec ce naturel désarmant, elle raconte ensuite son choix de robe pour la dernière cérémonie des Golden Globes. Sa fameuse robe rouge ? Un plan B… « Je ne pouvais pas porter le plan A parce que la saison des récompenses est alignée avec mon cycle menstruel, c’est le cas depuis des années. » Traduction : Miss Lawrence avait ses règles et ne pouvait pas se permettre d’apparaitre ballonnée dans une robe trop moulante. « L’autre robe était ample sur le devant. Je n’avais donc pas à  »rentrer » quoi que ce soit. Dans l’autre, je ne pouvais pas rentrer mon utérus. » Cash ! (closer)

Comments are closed.