Quels sont les clubs les plus riches de la planète football? Paris au 4e rang!

000_Par7663571

Dans son étude annuelle, le cabinet Deloitte dévoile l’identité des clubs les plus riches de la planète football. Le Real Madrid, le FC Barcelone et Manchester United devancent le PSG, quatrième. La Premier League est omniprésente.

À l’image du Ballon d’Or ou du Joueur africain de l’année, le dévoilement du classement des clubs les plus riches du monde fait partie des rendez-vous désormais traditionnels d’un mois de janvier plutôt calme en matière d’événements sportifs.

L’étude du cabinet d’analyse financière Deloitte consacre une nouvelle fois le Real Madrid au premier rang des millionnaires du football. Le club merengue devance ses rivaux européens pour la onzième année consécutive, avec 577 millions d’euros de revenus générés lors de la saison 2014-15.

Le Real devance son grand rival le FC Barcelone (560,8 millions d’euros) et Manchester United (519,5 millions d’euros). Le club anglais fait les frais de sa non-qualification à la Ligue des champions 2013-14, mais pourrait, selon le cabinet, détrôner le Real Madrid dès la saison prochaine.

D’une manière générale, la puissance financière grandissante de la Premier League se confirme. Le championnat anglais compte 17 clubs parmi le top 30 européen. Une tendance qui devrait s’accentuer dans les années à venir, notamment lorsque le faramineux contrat TV de 2,3 milliards d’euros par saison signé en février 2015 entrera en vigueur, dès le début de la saison 2016-17.

Derrière le PSG, la France absente

À l’inverse de son voisin d’outre-Manche, le football français confirme pour sa part qu’il n’a pas réussi à prendre le virage économique de la dernière décennie. Sans surprise, le PSG sort très largement du lot, en décrochant la quatrième place de ce classement (480 millions d’euros). Le club de la capitale progresse notamment grâce à ses revenus commerciaux (297 millions d’euros), mais aussi en raison de l’augmentation des droits TV (+27 %) et des recettes de stade (+22 %).

Derrière, en revanche, c’est la bérézina. Aucun club français ne prend place dans le top 30 publié par Deloitte. Un triste constat qui pourrait s’inscrire dans la durée, selon l’analyste Dan Jones. « Aucun club français ne semble en mesure de postuler à une place dans le Top 30 dans un avenir proche, malgré les investissements majeurs réalisés pour moderniser les stades en vue de l’Euro-2016. D’anciens habitués eu classement, comme l’Olympique Lyonnais et l’Olympique de Marseille, semblent même plus éloignés que jamais de retrouver une place dans les vingt premiers », explique-t-il. (france 24)

Comments are closed.