Blanchiment d’argent et Immobilier au Sénégal : L’Épineuse Question des Fonds Douteux

Le Sénégal, comme de nombreux autres pays, fait face au défi du blanchiment d’argent. Récemment, le Président Bassirou Diomaye Faye a mis en lumière les irrégularités dans la gestion foncière de l’ancien régime. Ces problèmes ne sont que la partie visible de l’iceberg, car l’argent issu du trafic de drogue trouve souvent refuge dans le secteur immobilier.

Selon un quotidien, les fonds en question s’élèvent à environ 200 milliards de francs CFA. Pour comprendre l’ampleur du problème, nous devons nous pencher sur les origines de ces fonds et leurs implications.

L’argent sale et l’immobilier

L’Institut d’études de sécurité a révélé que plus de 120 agences immobilières ont été créées au Sénégal au cours de la dernière décennie par des trafiquants de drogue. Ces agences servent de façade pour blanchir l’argent provenant du trafic illicite. En effet, l’immobilier offre un moyen attrayant de recycler ces fonds douteux.Depuis 2013, on estime que 96 % des investissements dans l’immobilier au Sénégal ont une origine suspecte. De plus, environ 30 % des biens criminels saisis dans le pays sont des maisons et des immeubles. Ces chiffres soulignent l’ampleur du problème et la nécessité d’une action urgente.

La liste grise du GAFI

En 2021, le Sénégal a été placé sur la liste grise du Groupe d’action financière (GAFI). Cette liste identifie les pays qui présentent des risques élevés en matière de blanchiment d’argent et de financement du terrorisme. Être sur cette liste a des conséquences sérieuses pour l’économie et la réputation du pays.

Les mesures nécessaires

Pour éviter d’être inscrit sur la liste noire des pays à haut risque, le Sénégal doit prendre des mesures concrètes.

Voici quelques suggestions et applications du nouveau gouvernement :

Renforcement des contrôles : Les autorités doivent renforcer les contrôles sur les transactions immobilières et enquêter sur les fonds suspects.

Transparence accrue : Les agences immobilières doivent être plus transparentes dans leurs opérations et signaler toute activité suspecte.

Formation et sensibilisation : Sensibiliser les professionnels de l’immobilier et le grand public aux risques du blanchiment d’argent est essentiel.

Le Sénégal doit agir rapidement pour protéger son économie et sa réputation internationale. La lutte contre le blanchiment d’argent dans le secteur immobilier est un enjeu crucial pour l’avenir du pays.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Résoudre : *
9 × 18 =