Côte d’Ivoire : Didier Drogba perd les élections de la FIF

Yacine Idriss Diallo a été élu président de la Fédération ivoirienne de football (FIF), ce 23 avril 2022 à Yamoussoukro. Il a devancé Sory Diabaté et l’ex-superstar Didier Drogba. Il succède à Augustin Sidy Diallo après quatre années et demi de crise à la FIF.

Quatre mois après Samuel Eto’o au Cameroun, de nombreux fans du football africain s’attendaient à la victoire d’une autre légende, Didier Drogba, à la tête d’une fédération nationale. Mais l’ex-superstar de Marseille (France), Chelsea (Angleterre) ou Galatasaray (Turquie) a au contraire été éjectée dès le premier tour, ce 23 avril 2022 à Yamoussoukro, pour la présidence de la Fédération ivoirienne de football (FIF).

Présentation du comité exécutif

Avec 21 voix, l’ancien capitaine de l’équipe nationale a été nettement devancé par ses deux rivaux, Yacine Idriss Diallo (59 voix) et Sory Diabaté (50 voix), à l’issue d’une longue Assemblée générale élective (AGE), maintes fois repoussée ces derniers mois. Au deuxième tour, Idriss Diallo a devancé d’un souffle Sory Diabaté, 63 voix à 61.

« Je ne serai pas le président d’un camp contre un autre camp », a lancé cet homme d’affaires aux dirigeants des clubs de 1ère, 2e, 3e divisions et groupements d’intérêts qui l’ont désigné successeur de Sidy Diallo. Celui qui a été haut dirigeant de la FIF dans les années 2000 avait déjà appelé à plusieurs reprises à la cohésion et à défendre l’intérêt supérieur du football ivoirien. Il devra entre autre gérer le ballon rond durant une très attendue Coupe d’Afrique des nations 2023 prévue dans son pays.

Une crise qui dure depuis quatre ans et demi

La crise au sein de la Fédération ivoirienne de football a débuté fin-2017, suite à la non-qualification de l’équipe nationale A pour la Coupe du monde 2018. Le 29 décembre 2017, des clubs et plusieurs groupements d’intérêts réclament une assemblée générale extraordinaire pour forcer le départ de celui qui dirige la FIF depuis 2011 et qui a été réélu en 2016, Augustin Sidy Diallo.

Après une visite en janvier de Véron Mosengo-Omba, alors Directeur régional de la Fédération internationale de football (Fifa) pour l’Afrique et les Caraïbes, les factions sont conviées à Zurich pour une médiation, le 20 mars 2018. A l’issue de celle-ci, la Fifa affiche alors un certain optimisme. Mais les négociations patinent, les coups bas se multiplient en Côte d’Ivoire, durant de longs mois.

La FIF prévoit une AG élective à l’été 2020. Mais le 27 août de cette année-là, quelques heures après le rejet de la candidature de Didier Drogba, la Fifa réclame l’arrêt du processus électoral en attendant des clarifications de la part de ses acteurs. Une intervention qui suscite une vive polémique.

Les vaincus aux élections de la FIF, Sory Diabaté et Didier Drogba

Le 21 novembre 2020, Augustin Sidy Diallo – qui avait décidé de ne pas se re-présenter – meurt peu après avoir été testé positif au Covid-19. Un mois après cette tragique disparition, la Fifa place la FIF sous tutelle avec un Comité de normalisation, pour un an. Un mandat finalement prolongé face aux difficultés à organiser une AGE élective, entre le Covid-19 et des désaccords persistants. Cette journée a enfin pu se tenir. Fin de la crise ?

Les trois candidats se sont engagés, avant le scrutin, à se soumettre à un test d’éligibilité auprès de la Fifa. Yacine Idriss Diallo a donc gagné la partie, à moins d’une intervention de la Fifa durant les prochains jours…

Avec RFI

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Résoudre : *
8 + 16 =