Diary Sow sur son nouveau livre : «J’ai écrit ce bouquin pour régler quelques comptes »

Le pays de Senghor est secoué par la littérature. Après le Roman du jeune écrivain, à l’âge de 31 ans, ayant remporté le Prix de Goncourt, nous voilà replongé au fond de l’abime. C’est le tour de Diary Sow, “Je pars”. L’étudiante sénégalaise est revenue sur les raisons qui l’ont poussé à écrire un nouveau roman. Selon la jeune romancière, il s’agit de régler quelques comptes.

« Je pars » est une réponse romancée aux critiques, a-t-elle fait savoir sur Afp. « J’ai écrit ce bouquin pour régler quelques comptes », reconnaît la jeune femme « emprisonnée par l’opinion des autres », dont l’identité a, selon elle « tellement été déformée qu’elle n’arrive plus à coller à ce personnage ».

En feuilletant les pages de ce livre, on se rend compte que l’auteur raconte l’histoire de Coura, Française d’origine sénégalaise qui décide d’échapper à sa vie. Elle quitte Paris sans prévenir personne, puis revient des semaines plus tard, changée à jamais. « Disparaître, certains en rêvent. Elle l’a fait », souligne Robert-Laffont, un important éditeur français, qui publie le livre, faisant de la confusion entre le réel et l’inventé un croustillant argument de vente.

A travers ce livre, l’auteur cherche à « choquer » une société. Elle fait découvrir à Coura sa sensualité, quand l’on discourt rarement sur l’intimité féminine au Sénégal. « J’ai voulu provoquer de la répulsion, de l’incompréhension, du dégoût, peu m’importe tant que ce n’est pas de l’indifférence », a-t-elle ajouté sur Afp.

Elle espère ainsi, au rythme des frasques de Coura, « réinventer » sa vie. Et d’oser : « Peut-être qu’un jour je parviendrai à être celle qui définit ma propre image. »

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Résoudre : *
10 − 1 =