Litige foncier au village de Ngor, source d’un couac social

Le village Lébou de Ngor occupe aujourd’hui une colonne médiatique pas reluisante. Pour 6000m² de surface des centaines de blessés et un mort. Le village traditionnel teinté d’histoire a besoin d’être revêtu de quiétude sociale.

Pour une histoire d’implantation d’une gendarmerie sur un site de la commune, des populations ont lutté plusieurs jours. Au final des affrontements malheureux (pourtant évitables). Tout au pied du mur, le président de la république a décrété une désescalade pour calmer les ardeurs. Le Chef de l’Etat a donc tout de suite entamé des discussions avec les dirigeants de Ngor. Mais quand on sait que le problème foncier est hautement sensible, la tâche s’annonce un tout petit peu compliquée. La preuve, il y a des jours en arrière, le célèbre médiateur de la crise Youssou Ndour a été au village lébou pour arrêter l’hémorragie, mais hélas.

Le président Macky SALL et son ministre de l’intérieur Antoine Félix Diome ont trouvé comme solution de scinder en deux les 6000m² qui étaient désignés pour la construction de la brigade de gendarmerie. Sauf que les populations de la localité bottent en touche cette idée et demandent aux gendarmes de dégager. Très vite, les négociations doivent être poursuivies pour trouver une solution au maux dont souffrent les villageois de Ngor.

Par ailleurs, les jeunes ont soulevé plusieurs autres points dont la sortie du maire de la commune Maguette NDIAYE qui visait le président de Pastef. Mais aussi les circonstances de la mort de la jeune fille nommée Adji DIALLO. Le maire Maguette Ndiaye laissait entendre que “la jeune fille a été ramenée sur la plage par les vagues et aurait été mortellement touché dans l’eau, par l’hélice d’une pirogue” . Argument très vite réfuté par ces jeunes qui attendent désespérément la fin du litige.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Résoudre : *
30 − 23 =