Manifestations contre le 3e mandat: Un premier test pour le F24 plus ou moins réussi

Comme à l’accoutumé, qui dit manifestation de l’opposition dit forcement forte mobilisation de jeunes. Ce vendredi 12 mai à la place de la nation des forces vives se sont retrouvés au tour du mouvement F24. Il était question pour ses leaders de dire non à Macky SALL et son régime. Acteurs politiques, mouvements associatifs, société civile, plusieurs entités étaient présentes.

Pour ce premier round, les membres du mouvement F24 ont dénoncé la posture du président de la république qui maintient toujours le suspens sur sa candidature ou non à la prochaine présidentielle. Les questions des détenus politiques, de l’organisation d’élections libres et transparentes, la participation d’Ousmane SONKO aux élections, voilà entres autres les revendications portées par les leaders du F24. En parlant du président de Pastef, les jeunes scandaient: “Sonko lanu guem” qu’on peut littéralement traduire “Nous ne crayons qu’à SONKO” . Ces jeunes, même leur leader physiquement absent, dénoncent et demandent de lever l’épée de Damoclès sur la tête du patron des pastéfiens.

Parallèlement, la manifestation ne s’est pas limitée à ça. Des leaders tels que Khalifa Ababacar SALL ou encore Pape Djibril FALL ont été copieusement hués par les militants de Pastef. Au moment de leurs prises de paroles, ces leaders ont été déstabilisés par les jeunes qui leur reprochent une posture non moins radicale en terme d’opposition. Cependant Pape Djibril FALL, député à l’assemblée nationale et leader des Serviteurs ne s’est pas laissé emporter par la scène. Il a pu donner son point de vue sur l’éventuelle candidature du président Macky SALL qu’il considère illégale. Il a aussi rappeler l’importance de se battre pour la démocratie et les libertés. La prise de parole de Khalifa Ababacar SALL, leader de Taxawu Sénégal quant à lui, aura nécessité des interventions comme celle de Diété FALL pour calmer les jeunes afin que l’audimat puisse se concentrer. On aurait cru un match de foot où quelques fois l’arbitre est obligé d’intervenir quand les esprits s’échauffent. Histoire de reprendre sur de bonnes intentions.

La mobilisation est certes réussie, mais émaillée par ces incidents malheureux que le F24 et la coalition Yewwi Askan Wi devront éviter lors des prochaines manifestations d’une telle envergure.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Résoudre : *
5 × 26 =