Guerre Russie-Ukraine:1,5 millions de personnes quittent déjà Ukraine,la Russie avertit les pays voisins

C’est une crise des réfugiés considérée comme la plus rapide au monde après celle de la seconde guerre mondiale. Depuis plus d’une semaine, plusieurs villes en Ukraine sont sous les bombes russes. Ce qui ne laisse malheureusement pas le choix aux habitants de ces différentes villes obligés de se réfugier dans les autres pays comme la Pologne et d’autres pays visités.

Selon l’Onu, le nombre de réfugiés lié à cette offensive russe en Ukraine a dépassé la barre de 1,5 million, constituant la crise de réfugiés la plus rapide en Europe depuis la Seconde Guerre mondiale, a alerté l’ONU ce dimanche tout en soutenant que “plus de 1,5 million de réfugiés venant d’Ukraine ont traversé vers les pays voisins en dix jours”.

les populations ukrainiennes se dirigent vers Pologne

Les autorités et l’ONU s’attendent par ailleurs à ce que le flot s’intensifie encore car, l’armée russe poursuit son offensive, notamment vers Kiev, la capitale ukrainienne. Selon l’Onu, la Pologne est le principal pays d’accueil du flot de réfugiés, qui a suivi les premières hostilités avec 922.400 personnes déjà enregistrés depuis le début du conflit.

Toutefois, estime l’organisation des Nations unies, quatre millions de personnes pourraient vouloir quitter le pays pour échapper à la guerre. Selon le premier rapport de situation de l’OMS publié samedi soir, 18 millions de personnes sont touchées par le conflit en Ukraine.

Même sujet : la Russie avertit les pays voisins

La Russie a mis en garde dimanche les pays voisins de l’Ukraine contre l’accueil d’avions de combat de Kiev qui seraient ensuite utilisés contre les forces de Moscou, accusant la Roumanie d’avoir autorisé de tels atterrissages.
« L’utilisation du réseau d’aérodromes de ces pays pour servir de base à des avions militaires ukrainiens et leur utilisation subséquente contre les forces armées russes pourraient être considérées comme une implication de ces pays dans un conflit armé », a déclaré le porte-parole du ministère russe de la Défense, Igor Konachenkov à l’agence Française de presse.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Résoudre : *
2 + 25 =