Le dossier Ousmane SONKO-Mame Mbaye NIANG en mode “fast track”

L’affaire en diffamation entre le ministre du tourisme et le leader de PASTEF devrait être jugée en vitesse en deuxième instance. Le parquet ainsi que le ministre Mame Mbaye NIANG ont fait appel de la décision prise en première instance et condamnant l’opposant Ousmane SONKO à deux mois de prison avec sursis et à verser 200 millions de francs CFA au plaignant au titre de dommages et interêts.

Aujourd’hui si l’on en croit les Echos, le dossier est parti pour être enrôlé en mode “fast track” . Le journal nous informe que le juge Mamadou Yakham KEITA qui a jugé l’affaire, a déjà déposé son jugement alors qu’au tribunal de grande instance, le temps d’attente pour qu’une décision soit disponible peut aller jusqu’à six mois. La même source rapporte que le jugement a été transmis au parquet général qui s’apprête à établir le rapport d’appel. C’est cet appel qui constitue le gros risque pour Ousmane SONKO. En effet si la cour d’appel corse le jugement et le condamne par exemple à six mois avec sursis, il dira adieu à la présidentielle de 2024. Sauf si il réussit à faire casser une telle décision par la cour suprême.

Par contre, si la cour d’appel confirme le premier jugement ou le réduit, le président de PASTEF restera éligible pour la course présidentielle du 25 février prochain.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Résoudre : *
20 ⁄ 10 =